Les démarches pour l’installation en cabinet

Démarches
Dr Fanny Jacq le 26/04/2019
Partager cet article

Installation en cabinet, démarches à suivre pour les psychiatres libéraux

 

Vous allez prochainement devenir psychiatre libéral cependant vous êtes un peu perdu face aux démarches qui vous attendent pour votre installation. En effet, cela peut parfois sembler fastidieux, nous allons donc vous expliquer les étapes à suivre pour que votre installation en cabinet se passe sans encombre.

Installation en cabinet, les premières démarches

 

La toute première chose à faire est de trouver votre lieu d’installation ! Il faut savoir que presque un psychiatre sur 2 est installé dans les régions PACA et Ile-de-France, mais pourtant même là bas, le travail ne manque pas. La France est plutôt bien pourvue en nombre de psychiatres : 22,8 pour 100000 habitants ( vs 15,6 pour 100000 habitants pour ses voisins de l’OCDE). 

 

Une fois la ville identifiée, il faut rechercher le bon quartier, vous pouvez consulter les statistiques sur le site ameli pour le nombre de psychiatres de votre quartier de prédilection ( par exemple autant de psychiatres dans le quartier du 1er arrondissement parisien que dans l’ensemble du 95). Vous pouvez également regarder le prix de l’immobilier, vous assurez que le cabinet est conforme à l’accès aux personnes handicapées et qu’il est situé dans un quartier relativement passant, accessible, proche des transports et plutôt en rez-de-chaussée.

 

Il y a ensuite une étape à ne pas manquer, celle d’aller voir le Conseil Départemental de l’Ordre des Médecins rattaché à l’endroit où vous allez vous installer, ceci afin d’y récupérer les documents et la liste des pièces justificatives nécessaire à votre demande d’inscription. Vous devrez aussi déclarer votre secteur d’installation, secteur 1, secteur 2 ou non conventionné.

 

Le Conseil Départemental de l’Ordre des Médecins vous donnera une attestation d’inscription dans laquelle  vous  trouverez votre numéro RPPS ainsi que votre lieu d’exercice. Celui-ci procèdera par la suite à l’enregistrement de votre diplôme. L’Agence des systèmes d’information partagée de santé, elle, se chargera automatiquement de vous envoyer votre carte de professionnel de santé.

 

 

Quelques rendez-vous à prévoir

 

Après les premières démarches effectuées, trois rendez-vous seront à prévoir mais n’ayez crainte, nous allons vous guider :

 

Tout d’abord, vous allez devoir prendre rendez-vous avec la CPAM (Caisse Primaire d’Assurance Maladie) afin de déclarer votre exercice libéral. Avant de prendre rendez-vous, munissez-vous de votre pièce d’identité, d’un RIB professionnel et si c’est le cas des titres justificatifs permettant l’accès au secteur 2, tous ces documents vous seront demandés au format électronique. La CPAM sera le meilleur interlocuteur afin de vous expliquer les différences entre les secteurs d’installation, et les enjeux que ce choix implique.

 

Il s’agira ensuite d’obtenir un rendez-vous avec la CARMF (Caisse Autonome de Retraite des Médecins de France) car son adhésion y est obligatoire pour les médecins inscrits à l’Ordre et exerçant en libéral.

 

Enfin, programmer un rendez-vous avec l’URSSAF sera nécessaire afin de vous immatriculer auprès de cet organisme. Dorénavant, vous serez amené à payer des cotisations sociales pour l’exercice de votre activité libérale.

 

 

Installé et bien assuré !

 

Deux choix s’offrent à vous pour le régime de sécurité sociale :

– Le régime de sécurité sociale général

– La RSI/ RAM (Sécurité sociale des indépendants)

 

Bien entendu, choisissez celle qui vous conviendra le mieux.

 

La seconde étape pour être assuré correctement est de trouver une AGA (Association Gestion Agréée) et y adhérer. Une AGA est association agréée par l’Administration Fiscale et a pour but d’accompagner ses adhérents dans la gestion de leur comptabilité et leurs obligations fiscales.

 

En dernier lieu, vous devrez d’une part prendre une assurance responsabilité civile professionnelle telle que la MACSF et d’autre part couvrir vos locaux pour cela il existe la Médicale de France ou bien la MGEN par exemple.

 

 

Avoir tout le nécessaire pour faire des consultations

 

Bien évidemment être équipé pour pouvoir commencer à exercer est primordiale. Vous devrez commander des feuilles de soins et des arrêts de travail ainsi que tous les formulaires nécessaires à la sécurité sociale.

 

Puis, il faudra faire votre tampon avec votre numéro Adéli et RPPS ainsi que commander des ordonnances sur le site Médivia par exemple. Néanmoins, avant de faire cela vous devrez attendre le retour de la CPAM puisque c’est elle qui vous enverra votre numéro Adéli, essentiel pour faire votre tampon ainsi que vos ordonnances.

 

 

Les plus qui pourront vous aider dans votre installation et pour la suite

– Vous pouvez éventuellement faire un emprunt professionnel bancaire qui aide à l’installation.

 

– Prendre si besoin un logiciel Sesam Vitale de la sécurité sociale afin de pouvoir passer la carte vitale du patient.

 

– Pour vous faciliter la tâche vous pouvez vous renseigner sur les outils de gestion de cabinet, il en existe de multiples.

 

– Avoir un comptable dès le début de votre installation peut être plus simple car il vous aidera à faire quelques démarches, notamment celle de rechercher une AGA.

 

– Inscrivez-vous sur une plateforme de prise de rendez-vous en ligne et de téléconsultation telles que Doctolib ou Doctoconsult bien sûr si vous souhaitez avoir de la visibilité.

 

– Prévenez par courrier postal les confrères du quartier de votre installation, notamment les médecins généralistes, le CMP, les éventuels hôpitaux et cliniques du coin.

 

Dorénavant, vous avez toutes les cartes en main pour vous installer sereinement en tant que psychiatre libéral dans votre cabinet, alors maintenant à vous de jouer !

Par Dr Fanny Jacq Médecin Psychiatre

Recommandés pour vous