La dépression pendant et après la grossesse

Maternité
Dr Fanny Jacq le 13/11/2018
Partager cet article

La dépression liée à la grossesse doit être distinguée selon qu’elle apparaît avant l’accouchement (anténatale) ou après (post natale).

 

La dépression pendant la grossesse

La dépression anténatale affecte environ 10 à 20 % des grossesses, et la traiter, souvent simplement, est indispensable pour réduire le risque de sa persistance en post partum. Pas facile quand on va devenir maman d’oser avouer qu’on se sent déprimée ! Difficile d’oser demander de l’aide par peur de se sentir jugée ! Et pourtant, plus la prise en charge se fait de façon précoce, plus la dépression sera légère et n’affectera pas la période d’après grossesse. La moitié des dépressions du post partum ont en fait démarré pendant la grossesse, mais qu’elles n’ont pas été prises en charge assez rapidement, alors n’hésitez pas à vous confier à votre conjoint ou à votre médecin ! Pendant longtemps, l’état dépressif de la femme enceinte était assimilé à de la fatigue, mais aujourd’hui l’écoute des femmes se fait meilleure et les professionnels sont plus attentifs.

 

Les changements d’humeur, la fatigue et l’anxiété sont fréquents pendant cette période de bouleversement physiologique et psychologique qu’est la grossesse. Cependant, ces états d’humeur ne doivent pas durer et doivent être entrecoupés de phases où tout va pour le mieux !  Si ces signes sont accompagnés d’une tristesse, d’un abattement, de perte d’intérêt pour les choses qui vous plaisent habituellement, de soucis de concentration ou de mémoire, ou même d’idées noires, alors là pas d’hésitation, pas de tabou, foncez en discuter sans gêne avec votre médecin, c’est important ! Il vous guidera afin de mener les bonnes actions pour tenter de réduire vos symptômes. Verbaliser votre mal être, avoir une bonne alimentation, faire de l’exercice physique, dormir suffisamment, prendre quelques jours de repos, rechercher le soutien de proches ou réduire le stress par le yoga ou la relaxation… sont des également des actions à entreprendre.

 

Et contrairement aux idées reçues, même enceinte, il existe un tas de traitements médicamenteux compatibles avec la grossesse qui peuvent vous aider rapidement et efficacement, s’ils sont prescrits par des médecins spécialisés.

 

 

Le baby blues

Il faut différencier la dépression du post partum (après l’accouchement) du baby blues. Le baby blues est un état passager lié principalement à la chute hormonale, à la fatigue, au stress et qui survient en général au troisième jour après l’accouchement. Il se manifeste par de l’irritabilité, des sautes d’humeur, des pleurs spontanés, une hypersensibilité aux événements. Le baby blues est très fréquent puisqu’il touche entre 50 et 75 % des femmes. Les professionnels de santé connaissent bien le sujet et sont tout à fait aptes à vous écouter, vous soutenir et vous rassurer. Il est important que vous sachiez que ce bouleversement émotionnel et hormonal est fugace.

 

 

La dépression du post partum

La dépression du post partum (après la grossesse) va survenir en général un peu plus tard, après une période de latence variable de plusieurs semaines à plusieurs mois. Elle reste assez fréquente, environ 15 % des femmes vont souffrir d’un épisode dépressif dans les dix-huit mois après leur accouchement. Il existe deux pics : le premier durant les six premières semaines, le second entre le neuvième et le quinzième mois du bébé. Elle peut être difficile à diagnostiquer, on l’appelle d’ailleurs parfois « dépression souriante » car la mère tente de résister et de le cacher à son entourage. Il est difficile pour une femme qui vient d’accoucher de s’avouer déprimée. Elle essaie souvent de banaliser ses symptômes en les mettant sur le compte de la fatigue. Pourtant les conséquences ne sont pas anodines sur sa santé, celle de son bébé, et sur le lien mère-enfant. C’est pourquoi il est vraiment nécessaire d’être rapidement prise en charge en parlant à votre médecin. Les psychothérapies constituent un élément majeur du traitement de la dépression du post partum, un traitement médicamenteux antidépresseur ou anxiolytique est parfois nécessaire. La relation mère-enfant sera soutenue par l’accompagnement des mères pendant et après leur dépression en préservant les liens avec leur bébé. Le bébé sera aussi au cœur des attentions par des massages, de la relaxation afin que toute irritabilité chez lui ne vienne pas compliquer l’état dépressif de sa maman.

Par Dr Fanny Jacq Médecin Psychiatre

Recommandés pour vous