L’anxiété pendant la grossesse

Maternité
Dr Fanny Jacq le 13/11/2018
Partager cet article

La grossesse est un moment très particulier dans la vie d’une femme. C’est à la fois un moment de transformations psychologiques et un moment de transformations physiologiques. Il est normal de ressentir des moments de panique face à ces nombreux bouleversements. Il convient surtout de distinguer l’anxiété normale de l’anxiété pathologique qui nécessiterait une prise en charge par un médecin spécialiste, comme c’est le cas dans environ 10% des grossesses.

Des émotions aux différentes étapes de la grossesse

Pendant le premier trimestre, les modifications de votre corps sont minimes mais il s’agit en revanche d’une période riche en émotions ! Vous pouvez passer de la joie d’être enceinte à l’appréhension d’une fausse couche ou à la panique face à cette nouvelle responsabilité. Pas de culpabilité surtout face à cette ambivalence des sentiments qui est tout à fait courante ! N’hésitez pas à partager avec votre conjoint, vos amies, votre mère, et vous verrez que vous n’êtes pas la seule à ressentir ces émotions variées et parfois paradoxales. Il s’agit d’une phase d’adaptation normale et au bout de quelques mois, ces symptômes devraient disparaitre. 

 

Au second trimestre, vous devriez vous sentir plus sereine. Le futur bébé est bien là et vous le fait sentir, vous êtes rassurée car vous le sentez bouger, vous et votre conjoint commencez à vous mettre d’accord sur l’organisation à suivre avec son arrivée à la maison. Vous parlez du sexe du bébé, de son prénom, des ressemblances… bref vous vous projetez vers la suite et cela vous apaise.

 

Le dernier trimestre peut apporter de nouveau son lot de petites angoisses : peur de l’accouchement, peur des malformations, peur de ne pas savoir s’organiser, surtout s’il s’agit d’un premier enfant. La peur d’accoucher est fréquente : 20% des femmes osent l’avouer mais il s’agit sans doute d’une sous-estimation ! Pour mieux gérer cette peur, mieux vaut avoir quelques référents de confiance tels que son médecin ou sa sage-femme, plutôt que les « bonnes copines » qui ont toujours des histoires terribles d’accouchement incroyablement douloureux à vous faire partager quelques jours avant le jour J ! Les cours prénataux sont aussi une bonne façon de s’informer. Vous pouvez être guidée par votre maternité vers des séances de sophrologie ou d’haptonomie, des séances de visualisation mentale lors d’une relaxation.

 

 

Les principaux sujets d’angoisse

Une des peurs fréquentes est la peur de perdre son bébé ou qu’il ne soit pas en bonne santé. Se questionner sur l’origine de cette peur aidera à réduire l’anxiété. Il est également important de se rappeler que la très grande majorité des grossesses se termine par la naissance d’un bébé en bonne santé ! Pour diminuer l’anxiété, les mères peuvent tenter de faire des exercices de relaxation ou de faire des activités qu’elles aiment pour se détendre.

 

La peur de ne pas être une bonne mère est également courante : est-ce que je vais être capable de m’en occuper ? Vais je l’aimer assez ? Est-ce que je ne vais pas me sentir dépassée ? Il ne faut pas hésiter à prévoir de l’aide et des ressources dans les semaines qui suivent l’accouchement (mère, belle-mère, nounou de nuit). Et il ne faut surtout pas oublier que le lien parent-enfant se fait graduellement, au fur et à mesure du temps passé avec son bébé.

 

Dans tous les cas, il est normal de ressentir une certaine anxiété pendant la grossesse, mais il faut agir et en parler à votre médecin si vous sentez que celle-ci vous empêche de fonctionner normalement dans votre journée. Il ne faut pas attendre d’être trop en souffrance avant de consulter car une intervention rapide permet de régler le problème plus rapidement et de le canaliser. Si vous ressentez des symptômes tels que des gros moments de panique, des pleurs imprévisibles et spontanés, des soucis de sommeil, une tendance à vous déprécier et à culpabiliser, il faut le partager rapidement avec votre médecin qui vous orientera.

Par Dr Fanny Jacq Médecin Psychiatre

Recommandés pour vous