Accueillir ses émotions

Santé mentale
Partager cet article


Les événements de vie, agréables comme désagréables, sont comme des cailloux qui tombent dans l’eau. En tombant dans l’eau, ils font des vagues qui vont diffuser pour s’atténuer dans l’espace liquidien qui les réceptionne.

 

Selon les événements, la taille de la pierre est plus ou moins grande et plus ou moins lourde…

 

Sur une grande étendue d’eau, les vagues ou les ondulations provoquées ont le temps de s’atténuer
tranquillement et paisiblement. Par contre, la même pierre qui tombe dans une bassine d’eau éclaboussera partout. Pour l’être humain qui n’a pas suffisamment d’espace en soi pour accueillir cet événement aura son cerveau « éclabousser » par celui-ci ce qui provoquera des pensées hameçons ou des ruminations pour « trouver une solution » et digérer cet événement.

 

Cela fonctionne de la même manière en nous. Les événements de vie créent des résonances et des vagues (ne sommes-nous pas fait de 70% d’eau ?). Cette mer intérieure se situe dans notre ventre. Notre travail est de respirer régulièrement avec notre ventre, lentement et profondément pour avoir une mer intérieure suffisamment vaste pour accueillir les événements de vie que nous rencontrons. Nous avons à respirer pour faire toute la place nécessaire pour accueillir telle ou telle situation et à expirer pour éloigner dans ce souffle toute la tension que nous procure celle-ci. Ce travail de respiration et de digestion prend plus ou moins de temps selon la taille et la lourdeur de l’événement. Par contre, si on lutte contre ces vagues, on risque de boire la tasse.

 

Parfois certains événements de vie traversent notre intériorité comme un hors-bord qui longe la côte. Ils provoquent de grosses vagues. Plusieurs possibilités d’offrent à nous :

 

– Pester contre le chauffeur, crier après lui ou se plaindre, mais cela ne changera rien aux vagues. Nous aurons juste une double peine.

– Faire de ces vagues une opportunité de jeu.

– Se mettre à l’abri en reculant ou en remontant sur la berge.

 

L’ACT (thérapie de l’action et de l’engagement) est souvent comparer au surfeur qui négocie les vagues dans la direction qui lui importe. Chacun son style. Le clown est un surfeur free style qui a besoin des vagues (des émotions) pour exister.

 

Et vous, comment accueillez-vous les vagues de la vie ? Comment négociez-vous celles-ci ?

 

 

Seznec JC et Ouvrié-Buffet T: Pratiquer l’ACT par le clown. Ed Dunod

Seznec JC et al : ACT, applications thérapeutiques. Ed Dunod

 

 

 

Pour aller plus loin :

 

Livre débranchez votre mental du Dr Jean-Christophe Seznec

Par Dr Jean-Christophe Seznec Médecin Psychiatre

Recommandés pour vous